LES AMIS DU ROYAUME D’ÉNAMPORE

CR DE LA RÉUNION DE TRAVAIL AVEC LES VILLAGEOIS D’ELOUBALIRE DU 26 MARS 2018

Cadre général de la démarche : l’association « les amis du Royaume d’Énampore » a pour objectif de soutenir des actions portant sur l’accès à l’éducation, le soutien aux situations de grande précarité, l’amélioration du cadre de vie.

Éloubalire, bien que administrativement dépendant d’Oussouye, est traditionnellement rattaché à l’ancien Royaume d’Énampore.

L’association ARE, après en avoir discuté, a ciblé une aide prioritaire aux deux villages d’Éloubalire et de Bandial, particulièrement démunis.

1 – ACCÈS À L’EAU

Présents :
IDD/ARE : J.C. / S.P. / A.M.
ELOUBALIRE : I.B. / M.B. / F.B. / E.B. / M.G. / I.B. / R.B. / M.B. / C.B. / J.B. / P.B. / D.B. / E.B. / J.B. / E.B. / B.B. / O.S.

L’accès à l’eau semble le problème prioritaire à résoudre. La population dispose de seulement 35 l d’eau par personne adulte mariée et par semaine... lorsqu’il y a de l’eau dans la cuve de rétention. Mais le dispositif de collecte des eaux pluviales a été détruit par les intempéries et la jointure avec la période d’hivernage n’est pas assurée. Les villageois doivent approvisionner de l’eau en pirogue (arbre creusé) à rame et de faible capacité par des bolongs dans lesquels il y a de forts courants de marée.

Contexte : Éloubalire est situé sur une presqu’île et dépend de la communauté rurale d’Oussouye, mais est traditionnellement rattaché à Énampore. Avec l’aide d’une ONG, un tuyau en polyéthylène de diamètre 60mm a été posé au travers du bolong et raccordé au réseau côté Énampore. Mais le tuyau a été rompu, son ancrage au fond étant insuffisant en regard des courants de marée très puissants.

Sollicitée, l’association des ARE a étudié la possibilité de restauration de la canalisation (expertise, projet technique de restauration, cadre juridique, recherche de financement). Mais le projet a été interrompu, des travaux de raccordement par voie terrestre ayant été entrepris pour assurer un raccordement pérenne vers le réseau d’Oussouye. Ces travaux s’inscrivent dans une volonté politique affichée, portée notamment par Monsieur Mansour Faye, Maire de Saint-Louis et Ministre de l’hydraulique au Sénégal. Il en avait fait la promesse devant les villageois, et a inauguré la réalisation et la mise en service de la canalisation.

La mise en service a comblé un instant les villageois, et amélioré considérablement leur cadre de vie difficile. Mais malheureusement pour une courte durée : la canalisation s’est détériorée au bout de seulement quelques jours.

L’entreprise adjudicataire a procédé à deux ou trois réparations, mais refuse désormais d’intervenir arguant un « fin de la garantie »... au bout de deux mois !!

La situation a plongé les villageois dans le désarroi. Ils sollicitent un appui auprès de ARE pour les aider à faire évoluer cette situation rapidement.

Proposition d’action partagée :

IDD/ARE ne peut pas se substituer aux organismes concernés, notamment les services publics.

Les étapes suivantes sont proposées pour faire évoluer la situation :

1 – Constituer au niveau d’Éloubalire un groupe de travail chargé de suivre le dossier, d’adresser les lettres nécessaires et de constituer la base d’une « régie » pour assurer un suivi de la restauration et la gestion du système d’adduction d’eau potable.

2 – constituer un dossier structuré disponible au niveau du village comportant notamment :
• La copie du projet technique élaboré, du cahier des charges, du marché passé avec l’entreprise (dans le groupe réuni, un élu se propose d’œuvrer dans ce sens).
• L’identification des différents niveaux de responsabilité et de leurs interlocuteurs, notamment : les services techniques ayant élaboré le projet, le gestionnaire du réseau d’eau, le maître d’ouvrage (qui a lancé le marché), le maître d’œuvre (qui a assuré le suivi technique du chantier), l’entreprise (qui a réalisé les travaux).

3 – dans l’attente de ces éléments de bases indispensables, procéder à une première expertise des tuyaux employés, un échantillon de chaque catégorie, prélevés sur le chantier, ayant été fourni par les villageois.

Eloubalire - Echantillons tuyaux employés


Le tuyau gris (gauche) a été employé dans les parties terrestres, le tuyau noir a filet bleu a été employé dans les parties lacustres (source villageoise).

En attendant une expertise plus approfondie, les premières constatations sont faites sur les bases suivantes :
• Compétences .professionnelles de .S.P, ingénieur génie civil,
• Conseil pris auprès d’un technicien de la S.D.E. (Service de Distribution d’Eau) de Saint-Louis, Monsieur C., Ingénieur chargé du suivi du réseau.

Échantillon gris (gauche) utilisé dans les parties terrestres :
Il s’agit d’un tuyau de diamètre 90 mm en PVC (Polychlorure de vinyle). Ce type de tuyau est utilisé pour des canalisations libres (sans pression) le plus souvent des évacuations sanitaires (WC). En aucun cas il ne peut tenir une pression de service de l’ordre de trois bars. Son utilisation sur le réseau alimenté par le château d’eau d’Oussouye est inadaptée.

Échantillon noir à filet bleu (droite) utilisé dans les parties lacustres :
C’est un tuyau de diamètre 90 mm, type PN6 ANJOU, en PEHD (polyéthylène haute densité) Ce tuyau peut supporter une pression maximale de 6 bars.
Il est utilisé par la SDE seulement pour des raccordements entre la canalisation mère et les branchements particuliers sur une longueur n’excédant pas 20.00 m.

REMARQUE : la pression standard d’un réseau est de l’ordre de trois bars. Mais des « coups de bélier » liés à la fermeture brutale d’une évacuation notamment, peuvent se produire de façon aléatoire. Ce phénomène peut entraîner une surpression dépassant la pression maximum admissible du tuyau PN6. C’est pour cela que la SGE utilise pour les conduites de grande longueur un tuyau en PN10 (pouvant supporter une pression maximale de 10 bars).

Conclusions et proposition d’action :

1 - Il faut que le groupe de travail constitué pour gérer le problème à Éloubalire se munisse d’un maximum d’éléments objectifs (dossier à constituer).

2 - Les faits ayant été établis, il faut que le représentant du village mette les opérateurs des différents niveaux d’intervention devant leurs responsabilités, dans le cadre d’une pression amicale et plus si nécessaire ; particulièrement l’entreprise mais aussi le maître d’ouvrage ayant passé la commande à cette dernière et ayant procédé à la réception des ouvrages. Un suivi proche et des courriers seront nécessaires.

3 - Il faut informer Monsieur Mansour Faye, Ministre de l’hydraulique, de cette situation, son engagement politique à résoudre la situation d’Éloubalire ayant été démontrée et pouvant laisser supposer de sa part une action de soutien qui est indispensable à une bonne fin rapide du dossier.

Annexe : projet de courrier à adresser à Monsieur le Ministre concerné par le responsable du village d’Éloubalire.